You are here

Combien d'erreurs peut contenir une pub dans le 20 Minutes? La réponse est beaucoup. Beaucoup trop.

Les opposants à la Loi sur les armes ont acheté (cher!) la page de couverture du 20 Minutes.

Nous avons sorti le stylo correcteur et examiné cette annonce. Voici ce que nous avons vu:

... diktat de l’UE qui nous désarme ... NON

Premièrement, il n’est pas question de "désarmer". Les changements sont à la fois mineurs et utiles; les nouvelles exigences à la fois minimales et raisonnables. Pour la majorité des détenteurs d’armes, rien ne changera. La Suisse a ajusté de nombreux détails afin de réduire la charge administrative et pour mieux répondre aux préoccupations des tireurs, des armuriers et des cantons.

Les anciens militaires pourront continuer à reprendre leur arme de service et la garder chez eux. Les tireurs sportifs devront simplement prouver qu’ils appartiennent à une association ou qu’ils tirent régulièrement. Quant aux chasseurs, ils ne sont pas concernés par cette révision et rien ne change pour eux. Les changements sont ainsi modérés et utiles. Il serait dangereux d’affaiblir notre position en Europe pour des ajustements aussi marginaux.

Deuxièmement, l'UE ne dicte rien. La révision de la loi sur les armes répond à un engagement pris par le peuple suisse lors du référendum de 2005 sur Schengen. Nous nous sommes alors engagés à respecter les règles communes de l’accord de Schengen. C’est ainsi que les États membres de Schengen ont une directive commune sur les armes. Or cette réglementation a été récemment révisée. En tant que membre de l’espace Schengen, la Suisse a pu participer à la révision de cette directive. Elle a ainsi pu éviter toute une série de restrictions supplémentaires et négocier des exceptions qui correspondent à ses traditions.

De plus, la reprise de cette directive par la Suisse n’est pas automatique. Elle a suivi le processus législatif suisse standard et la loi a été adoptée par le parlement. Le peuple pourra décider le 19 mai 2019 s'ils souhaite accepter ces petits ajustements de la législation suisse sur les armes et, ainsi, permettre à la Suisse de rester conforme aux engagements pris en 2005.


... viole la Constitution ... PAS DU TOUT

Sur le plan juridique, cette remarque est infondée. Il s'agit d'une restriction appropriée, nécessaire et raisonnable des libertés individuelles. Cette loi n’apporte que des restrictions minimales à la liberté individuelle, rien de disproportionné au regard des enjeux en termes de sécurité.

 

 

 

 

 


... porte atteinte à la volonté populaire ... CE N’EST PAS LE CAS

Euh, nous allons voter, non? La volonté populaire s’exprimera le 19 mai et il n’y a rien d’inhabituel à voter plusieurs fois sur des sujets proches.

L'initiative rejetée par le peuple en 2011 et à laquelle il est fait référence allait nettement plus loin. Il était notamment question d'interdire aux militaires de conserver leur arme de service à la maison et de créer un registre fédéral des armes à feu. Il n’est pas question de cela avec cette révision de la loi sur les armes.

 


... contredit les explications du Conseil fédéral précédant le vote sur l'association à Schengen ... NO

Lors de la votation de juin 2005, le Conseil fédéral n'a jamais promis que l’adhésion à Schengen ne modifierait pas la législation sur les armes. Tout ce qu'il a dit, c'est que la législation suisse sur les armes était largement conforme aux règles de Schengen de l’époque et que la tradition du tir sportif n'était pas compromise (ce qui ne change pas avec la nouvelle loi sur les armes). Vous pouvez trouver ici la brochure explicative de l’époque.


... transforme le droit de posséder des armes en un privilège ... NON

La procédure pour obtenir une dérogation permettant l’acquisition d’une arme semi-automatique sera une simple formalité pour des citoyens sans casier judiciaire. Ce sera nettement moins intrusif, par exemple, que pour le renouvellement du permis de conduire pour les plus de 75 ans. 

Ce ne sont que des dérogations purement formelles qui seront seront octroyées si les conditions requises sont remplies. Le refus d'accorder une dérogation à une personne qui remplirait toutes les conditions enfreindrait des principes fondamentaux du droit: l’interdiction de l’arbitraire et le principe d'égalité de traitement.


... c'est désormais au citoyen d'expliquer à l'État pourquoi il est apte à posséder une arme ... NOOON

Il n'y a pas de clarifications supplémentaires à apporter sur l'aptitude du propriétaire. Il faudra simplement prouver que l’on tire régulièrement. Pour cela, un recepissé d'un stand de tir suffit.

 

 

 

 

 


... affaiblit la position de l'individu face à l'État et à la majorité (la possession individuelle d'armes c'est la capacité individuelle de défense, moins de capacité individuelle de défense signifie plus de facilité de perpétrer des violations de droits humains) ... FAUX

L’idée que l’on lutte contre l’Etat (suisse!) avec des armes à feu pour défendre les droits humains est grotesque. Peut-être que cela marche comme-ça à Mogadiscio ou à Kaboul, mais pas chez nous. Le monopole de la violence de l'État est une condition préalable essentielle pour protéger les droits humains. Le deal est le suivant: La violence légitime n’est exercée que par l’État. En retour, les citoyennes et citoyens bénéficient de droits qui peuvent les protéger contre les abus de ce pouvoir. Ce deal interdit l'idée - dont certains semblent rêver - qu'on puisse se faire justice par soi même. C'est très bien comme ça, pour nous toutes et tous.


... remet en cause la raison et la maturité des citoyens intègres (la possession d'armes par des particuliers serait fondamentalement un risque indéfendable - elle ne pourrait être acceptée que dans des cas d'exception fondés) ... ENCORE NON.

Les citoyennes et citoyens majeurs ont le droit d'acquérir des armes et conserveront ce droit. Les restrictions mineures ne portent que sur la catégorie d’arme la plus dangereuse: les semi-automatiques. Et il ne faudra même pas prouver être en bonne santé mentale pour en acquérir une, mais seulement prouver aimer tirer. De toute évidence, l'État maintient sa confiance en les citoyennes et citoyens! 

 


... n'empêche ni le terrorisme, ni la criminalité, ni le suicide ... NON MAIS, ALLÔ QUOI

Cette assertion infondée se moque des victimes des armes à feu et de leurs proches. Bien qu'on ne puisse pas s'attendre à des miracles en rendant plus difficile l'accès aux armes semi-automatiques, cela contribue à protéger contre les tueries. Car il est indéniable que le nombre de victimes potentielles d’une attaque est déterminée par le type d’arme et la taille du chargeur. Cependant, si la nouvelle loi rend un peu moins facile l'obtention d'armes particulièrement dangereuses et que la traçabilité de ces armes est améliorée, alors cela renforce au moins un peu la sécurité de chacune et chacun d'entre-nous. 

(P.S.: Schengen renforce encore plus nettement notre sécurité avec le système d’information SIS et la coopération policière transfrontalière. Cela serait compromis par un "non" à la loi sur les armes.)


... accable des centaines de milliers de possesseurs d'armes intègres de coûts additionnels, de pertes de temps et d'atteintes à la liberté pour absolument rien ... EUH NON

Allez, il s'agit simplement de remplir un formulaire supplémentaire … A l’inverse, la sortie de Schengen signifierait des charges administratives gigantesques pour la Suisse.


... envoie le signal catastrophique en politique étrangère selon lequel nous sommes prêts à accepter des absurdités évidentes pour éviter des supposés inconvénients... ABSOLUMENT PAS

DL' "inconvénient" dont il est question ici est une sortie de Schengen. Si nous votons NON le 19 mai, notre adhésion à Schengen prendra automatiquement fin au bout de six mois. Seule une décision soutenue par tous les États membres pourrait éviter cette résiliation automatique. Ce qui est décrit ici comme un "inconvénient" est en fait le plus grand risque structurel pour la Suisse en tant que pays situé au coeur du continent européen: l’isolement. En raison d'un ajustement minimal de la loi sur les armes, les opposants prennent le risque d’affaiblir considérablement la position de la Suisse en Europe et ce alors que nous négocions par ailleurs avec l’UE des accords beaucoup plus importants. Nous risquons beaucoup pour très peu.


... détruit l'effet dissuasif qui découle d'une possession d'armes répandue chez les particuliers (à l'avenir les criminels pourront partir du principe que les ménages sont désarmés)... NON

L'idée que multiplier les armes privées peut générer de la sécurité peut être réfutée. Et l'idée selon laquelle la protection la plus appropriée contre les cambrioleurs serait une arme semi-automatique est particulièrement absurde. Achetez plutôt une alarme ou un chien ou quelque chose de ce genre!

(P.S. : les militaires ont dû abandonner leurs munitions il y a quelques années. Cela signifie qu'ils ont à la maison une arme sans munition. Du coup, elle sert tout au plus de massue. Juste pour dire...)


... enterre notre sport traditionnel le plus populaire ... BIEN SUR QUE NON

Les opposants donnent l’impression que l’adaptation de la loi sur les armes est dirigée contre tous les loisirs liés au tir. C'est faux. Seule une forme très spécifique d’armes est concernée : les armes semi-automatiques. Bien que celles-ci soient courantes dans les sports de tir, ce n’est de loin pas le seul type d’arme existant. D’ailleurs, les armes utilisées pour le tir aux Jeux olympiques ne sont pas des armes semi-automatiques.

De plus, l'association de la Suisse à Schengen facilite la portabilité des fusils sportifs à travers les frontières, chose utile pour le tir sportif. Sans Schengen, des autorisations beaucoup plus complexes devraient être obtenues.


... crée un clivage entre les citoyens et l'armée de milice ... TOUJOURS PAS

Les armes d’ordonnance ne sont pas concernées par la révision de la loi sur les armes. Les anciens militaires pourront toujours conserver leur arme de service et la garder chez eux.

 

 

iloveschengen Factcheck DE

Donner du mouvement

Rends notre campagne possible. Donne de la liberté et de la sécurité.

État : 73'609.00 CHF | But: 100'000.00 CHF.
Fais un don pour la Suisse en Europe !

Europa Manifest Schengen

Saisis tes informations:

 SECURE

5 + 5 =
Fais ce calcul très simple et entre le résultat.