You are here

Dynamitage déjoué. Démocratie renforcée.

Sunday, 4. mars 2018

Aujourd’hui, le dynamitage de notre démocratie a pu être désamorcé par un NON sans appel. Une majorité claire du peuple suisse a rejeté les fantaisies libertariennes des initiants de “No Billag”, renforçant ainsi le paysage médiatique suisse et la démocratie directe. Au lieu de nous trouver face à un champ de ruines, nous pouvons désormais aller de l’avant. Si le status zéro a pu être évité, il  ne peut en aucun cas demeurer une solution à long terme.

La campagne contre “No Billag” a été longue et intense. Rarement une votation aura pareillement secoué les esprits et déclenché autant d’engagement à travers la Suisse. “Il ne s’agissait ni de la redevance, ni de la SSR, mais d’une question fondamentale, à savoir si nous souhaitons toujours des informations de qualité et des médias forts“, explique Jérémie Juvet, coordinateur romand de la campagne d’Opération Libero. Notre démocratie directe et libérale en est sortie gagnante.

Aux côtés des partis politiques, de comités, d’associations sportives, de milieux culturels et d’innombrables citoyens, le mouvement Opération Libero s’est mobilisé, menant une campagne importante contre l’initiative.  Cette campagne a pu être réalisée grâce au financement participatif (crowdfunding), qui a permis de rassembler plus de 600’000 francs en petits dons. Sur ses affiches, le mouvement progressiste alertait contre le risque de “dynamitage de notre démocratie”. Pour Jérémie Juvet, ces affiches illustraient pourquoi Opération Libero a décidé de descendre dans l’arène : “Ce n’était pas la SSR qui était au centre de nos préoccupations. L’enjeu était de savoir si l’on souhaitait continuer à recevoir des informations équilibrées, fournies par des médias de qualité et ceci dans toutes les régions linguistiques de la Suisse : des conditions nécessaires pour garantir une démocratie forte.”

En proposant de biffer l’article 93, alinéa 2, de notre constitution, les initiants souhaitaient l’abolition de notre droit d’accès à l’information. L’initiative aurait mis en péril la couverture médiatique en Suisse et détruit le service public audiovisuel. Ce soir, au lieu de nous trouver face à un champ de ruines, nous pouvons aller de l’avant.

Comme l’explique Jérémie Juvet : “Si nous avons pu éviter le désert médiatique, le statu quo n’est pas non plus une solution à long terme.” La campagne a démontré que le service public a besoin de se moderniser en mettant en garde contre des fuites irréfléchies : “Nous n’avons pas besoin d’autres propositions sorties de nulle part formulées par des experts autoproclamés, mais d’un débat politique ouvert, qui se penche sur un projet pérenne pour le service public audiovisuel et pour sa mission.”

Dans notre démocratie directe, ce sont les citoyens qui prennent les décisions fondamentales pour l’avenir de notre pays. Pour cela, ils ont besoin d’une grande diversité d’informations afin de prendre des décisions adéquates. Les médias constituent un pilier indispensable de notre démocratie directe et libérale.

“Aujourd’hui, le peuple a dit ‘non’ à certains délires libertariens. Notre démocratie libérale en est sortie renforcée”, conclut Jérémie Juvet. Ce NON est aussi un OUI : un OUI à une couverture médiatique de qualité, un OUI à la pluralité des médias, un OUI à un pilier fondamental de notre démocratie ainsi qu’un OUI à l’innovation et aux réformes.

Téléchargement: Visuel en Français - Visuel en Allemand - Photo des gagnants

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question:

Jérémie Juvet, Coordinateur romand de la campagne contre “No Billag”
+41 76 792 47 06 ou jeremie.juvet@operation-libero.ch

Laura Zimmermann, coprésidente d’Opération Libero
+41 76 427 22 75 ou laura.zimmermann@operation-libero.ch 

Silvan Gisler, directeur de la communication
+41 76 345 29 06 oder medien@operation-libero.ch

Generic Sharing

Medienanfragen