You are here

Un engagement clair pour une Suisse crédible

Sunday, 25. novembre 2018

C’est un dimanche rose pour la Suisse ! En rejetant de manière extrêmement claire l’initiative “pour l’autodétermination”, le peuple a préservé la crédibilité de la Suisse, la protection des droits fondamentaux, la qualité de la démocratie directe et les équilibres institutionnels de notre pays.

L'initiative dite "pour l'autodétermination" était la plus dangereuse de toutes les initiatives lancées par l'UDC jusqu’à présent. Son rejet net est en ce sens particulièrement important : l'attaque contre les institutions que sont la démocratie libérale, l’État de droit et les droits humains a été déjouée.

"Ce matin, la Suisse s'est levée pour tenir parole et a démontré que notre démocratie directe est en pleine forme," déclare Laura Zimmermann, coprésidente d’Opération Libero. Ce verdict du peuple marque un changement de cap: "L’UDC mène une campagne électorale permanente, marquée par ses initiatives intempestives et sibyllines à la fois. Ces manipulations de l’opinion publique lui ont permis de dominer la vie politique suisse et d'attaquer nos institutions. Le 25 novembre 2018 pourrait marquer la fin de cette triste saison politique." 

Ce NON clair n'a été possible que grâce à un effort commun : l'engagement de pratiquement tous les partis politiques, d’éminentes juristes, d'anciens diplomates, de nombreux artistes, des organisations de femmes, des fédérations patronales, des PME, du Comité romand “NON à l'initiative anti-droits humains” et d'innombrables citoyennes et citoyens était nécessaire pour déjouer cette nouvelle attaque frontale contre la démocratie et l’État de droit.

"Nous sommes fiers d'avoir participé à ce grand engagement ", déclare Stéphane Decrey, coresponsable de la campagne en Suisse romande. “Nous avons distribué 200’000 flyers et organisé des événements de mobilisation dans toute la Suisse. Nous avons informé sur l'initiative lors d’événements et avec des vidéos explicatives. Nous avons défendu le NON lors de débats. Nous avons répondu aux interrogations des citoyennes et citoyens grâce à une hotline. Nous avons collé des affiches dénonçant le piège tendu par l'initiative. Nous avons essayé de mobiliser autant de Suissesses et de Suisses que possible.”

Opération Libero faisait face à une campagne particulièrement effrontée: "La campagne a été marquée par l'agressivité et la sournoiserie des partisans, dont la forme est nouvelle et inquiétante", explique  Stéphane Decrey. Les visages souriants sur les affiches étaient déroutants : L'UDC déguisait son objectif, ne se laissait pas reconnaître sur les affiches en tant que promotrice de l'initiative et a supprimé des passages-clés, tels que le rejet de la CEDH, de son argumentaire. Les initiants n'ont pas hésité à publier des encarts populistes à la dernière minute, à diffuser des fake news ou à lancer des attaques personnelles sur les médias sociaux ainsi qu’à diffuser des théories du complot.

Néanmoins ou précisément pour cette raison, "Le résultat de ce dimanche  confirme que les mouvements de la société civile peuvent et doivent jouer un rôle important dans la vie politique suisse aux côtés des partis politiques et des fédérations économiques", déclare Till Burckhardt, coresponsable de la campagne. “Notre grand défi consiste désormais à se positionner en tant qu'acteur de la société civile capable de marquer la prochaine année politique - en vue des élections fédérales de 2019 notamment.”

Opération Libero va tirer parti de l'élan de cette campagne pour repousser les prochaines attaques contre la Suisse de demain. "Ce scrutin marque un engagement clair en faveur d'une Suisse crédible et constructive", déclare Till Burckhardt. Opération Libero considère donc ce verdict du peuple comme un mandat clair pour s'engager avec autant de vigueur contre le référendum contre les accords de Schengen et de Dublin et contre l'initiative dite "de limitation" qui a abouti cet été.

N'hésitez pas à nous contacter :

Laura Zimmermann, coprésidente d’Opération Libero, coresponsable de la campagne contre l'initiative “pour l'autodétermination”
+41 76 427 22 75 ou laura.zimmermann@operation-libero.ch

Till Burckhardt, membre du comité directeur national d’Opération Libero, coresponsable de la campagne contre l’initiative “pour l’autodétermination” 
+41 79 936 39 38 ou till.burckhardt@operation-libero.ch

Stéphane Decrey, responsable de la communication pour la Suisse romande, coresponsable de la campagne contre l’initiative “pour l’autodétermination”
+41 76 430 85 60 ou stephane.decrey@operation-libero.ch

Silvan Gisler, directeur de la communication
+41 76 345 29 06 ou medias@operation-libero.ch

Generic Sharing 2

Télécharger