You are here

Mobilité durable : Juste répartition des coûts et mobility pricing

Nous voulons une mobilité qui nous mène réellement plus loin. Les transports doivent être financés de manière durable et les coûts répartis efficacement entre ceux qui les ont causés. Par conséquent, une augmentation ciblée des coûts pour les usagers de la route et des transports publics est inévitable

Des transports efficaces et abordables sont indispensables tant au bon fonctionnement de notre économie qu’à la liberté individuelle de nos citoyennes et citoyens. Il est par ailleurs primordial que les usagers supportent les coûts qu’ils engendrent et prennent en considération les conséquences de leur comportement que ce soit en terme de qualité de l’air, de bruit ou sur le climat.

Ce qui ne va pas actuellement :

Alors que les contribuables subventionnent massivement les transports publics, les transports privés n’assument pas entièrement la responsabilité des atteintes à l’environnement qu’ils causent. Ceci entraîne une mobilité excessive qui encombre nos infrastructures actuelles et oblige à des surinvestissements de plusieurs milliards à la charge du contribuable. En outre, ceux qui circulent peu paient pour ceux qui circulent beaucoup – cette situation est injuste. Qui dit mobilité à prix réduit dit également étalage urbain, ce qui va à l’encontre des importants efforts fournis en matière d’aménagement du territoire. Au final, ce ne sont pas les pendulaires mais les propriétaires fonciers qui profitent des subventions publiques liées à la mobilité.

Ce que nous voulons :

  • Une juste répartition des coûts : les usagers doivent supporter les coûts de leurs trajets. Augmenter, pour le rail et la route, le taux de financement par les usagers permet à ceux-ci une prise de conscience des coûts réels de la mobilité, y compris des conséquences environnementales. Une telle prise de conscience ne peut avoir lieu tant que l’on soutiendra massivement le trafic au moyen des recettes fiscales et que certaines atteintes à l’environnement resteront sans conséquences. Les coûts des transports publics et privés devront être augmentés dans la même proportion.

  • Mobility Pricing pour une gestion intelligente de la circulation : Le prix des transports doit être proportionnel au nombre de personnes qui souhaitent les utiliser. Ceci permet de mieux répartir les flux de transports sur toute la journée. Une infrastructure moins lourde permettra alors d’assurer le transport avec la même quantité de personnes. Il faut ainsi envisager l’introduction de péages routiers et une différentiation de prix pour les transports publics. 

  • Libéraliser le transport de longue distance en bus : Il faut encourager la concurrence entre les différents moyens de transport. Plus la concurrence entre rail, route et avion sera importante, plus les prix diminueront à terme pour le consommateur. En outre, cette mesure pourrait inciter des automobilistes à opter à l’avenir pour les bus de longue distance, ce qui serait favorable à l’environnement. 

  • Soutenir spécifiquement les personnes à bas revenus : Une redistribution qui passe par le subventionnement des transports n’est ni ciblée ni juste. Seul le système fiscal permet une redistribution effective. Si le financement des infrastructures de transport requiert moins de recettes fiscales, la différence peut alors être affectée à une redistribution ciblée.

Generic Sharing

Rester informé