You are here

Conférence de presse: Le discourse contre l’initiative “pour l’autodétermination”

4. Oct. 2018

Le discourse de Laura Zimmermann, Co-directeur de campagne contre l’initiative “pour l’autodétermination” et
Co-président d'Opération Libero, à Bern.

«La Schweizerische Eidgenossenschaft - la Confédération suisse - est le seul pays à porter le mot "Eid" - serment - dans son nom. En allemand, Confédération signifie communauté du serment. Avec une certaine fierté et à juste titre. Parce que la Confédération suisse est fondée sur une idée simple :  les promesses mutuelles doivent être tenues. Quiconque souhaite vivre ensemble pacifiquement établit des règles communes. Le droit international se fonde sur la même idée. Il réglemente la coexistence entre les États au moyen de traités, c'est-à-dire de promesses mutuelles.

Aujourd’hui, l’UDC affirme que tout cela ne compte plus. Il nous propose une initiative qui, dans les faits, nous demande de supprimer le mot “serment” du nom de notre pays en cas d’acceptation !

L'UDC incite à la violation des règles ! Elle demande à ce que la Suisse cesse de respecter les règles du jeu qui ont été convenues d'un commun accord. Cela revient à croiser les doigts dans le dos pendant qu'on promet quelque chose de l'autre main.

Cette initiative promet l'autodétermination. En réalité, elle prive la Suisse de sa crédibilité. Elle fait semblant de renforcer la démocratie directe. En réalité, elle veut donner aux autorités le droit de dénoncer d'importants traités internationaux "si nécessaire" - sans demander son avis au peuple. 

Et si cela ne suffisait pas, cette initiative s’attaque aux fondements de notre État de droit comme aucune autre initiative de l’UDC ne l’avait jamais fait. Par l’obligation de violer les traités, elle remet en question le principe selon lequel le droit est la base et la limite de l’activité de l’État. Elle s’attaque à la séparation des pouvoirs, à la capacité d’appréciation des juges, au principe de proportionnalité, aux droits fondamentaux de chacune et chacun.

Cette initiative n'est pas seulement une illusion. C’est un piège, bien caché derrière des formules juridiques complexes et donc d'autant plus dangereux. Cette initiative ne renforce pas la démocratie directe, bien au contraire. Elle est antidémocratique. Cette initiative n'est pas une attaque contre les juges étrangers à Strasbourg, mais contre les juges suisses. Cette initiative ne veut pas l'autodétermination. Elle veut la détermination de l'UDC.

Le 25 novembre nous devrons trancher entre deux visions de la Suisse : Voulons-nous une Suisse fiable, qui tienne parole ? Ou voulons-nous une Suisse qui croise toujours les doigts derrière son dos ?

L’initiative “pour l’autodétermination” s’attaque à notre crédibilité et aux fondements de notre État de droit. Voilà ce qui est en jeu le 25 novembre.»

SBI-Blog PK

FAIRE UN DON

Ton don contre l’initiative “pour l’autodétermination” fait la différence !

Tu t'attendais à découvrir une affiche choc de l'UDC pour son initiative “pour l'autodétermination “? C'est raté! On y lit tout simplement “OUI à l'autodétermination. OUI à la démocratie directe.” Peut-on vraiment être contre?

ATTENTION! C'est exactement du fait de ce discours apaisant que l'initiative de l'UDC est aussi dangereuse. Ces mots doux sont une ruse. Nous devons riposter! Aide-nous à déjouer ce piège, à montrer quels sont les vrais objectifs de l'UDC: inciter la Suisse à rompre ses engagements!

Pour gagner cette votation, nous avons besoin de plus de moyens. Jusqu’au 25 novembre, nous devons convaincre et mobiliser le plus grand nombre d’électrices et électeurs possible. Ton soutien fait la différence !

Etat actuel: 253'920.65 CHF. | Objectif: 300'000.00 CHF.
Fais un don pour une Suisse qui tient parole

SBI / IAD

Saisis tes informations:

Les dons qui dépasseront le budget de la campagne contre l’initiative “pour l’autodétermination” seront utilisés pour financer les activités opérationnelles d’Opération Libero.

 SECURE

4 + 15 =
Fais ce calcul très simple et entre le résultat.