rösti pfanne vierviertel dreiviertel demokratie initiative

Initiative pour la démocratie

Droits égaux plutôt qu'arbitraires


L'initiative pour la démocratie demande un droit à la naturalisation pour toutes les personnes résidant en Suisse à long terme. Une citoyenneté libérale ne contrôle pas le mode de vie, mais préserve la démocratie. Aujourd'hui, la naturalisation se caractérise par des procédures longues et coûteuses, des questions harcelantes et des décisions arbitraires. C'est indigne d'une démocratie libérale. L'initiative pour la démocratie est notre opportunité pour changer cette situation déplorable.

Quelles sont les personnes considérées comme membres à part entière de notre société et qui ne l'est pas ? A qui accordons-nous une voix politique et à qui pas ? Les réponses à ces questions sont essentielles pour le maintien de nos institutions communes et de notre démocratie. Or, le récit de ce que nous pensons être et la réalité de ce que nous sommes devenu·es divergent de plus en plus : l'idée de la citoyenneté comme un privilège accordé gracieusement par les autorités après un long contrôle de l'esprit et de la forme de vie est devenue une sérieuse hypothèque sur la démocratie. Et une humiliation systématique des non-citoyen·nes : La Suisse exclut actuellement environ un quart de la population résidente permanente du processus de prise de décision politique et de l'égalité des droits politiques. Cette situation est intenable, tant en comparaison internationale qu'avec l'ambition d'être une démocratie modèle. Il est temps d'instaurer une démocratie des quatre quarts.

Les droits individuels pour toutes les personnes vivant en Suisse doivent remplacer les privilèges accordés par charité. Un « nous » libéral et démocratique qui accorde les mêmes droits à tout le monde doit remplacer le « nous » statique, exclusif et basé sur le patrimoine qui détermine actuellement la citoyenneté suisse et qui mine la démocratie suisse. Si nous défendons la démocratie libérale, nous devons alors reconnaître que chacun·e est libre et égal, et cela passe en fin de compte uniquement par la citoyenneté.

Les délais minimums de résidence dans les communes et les cantons doivent être supprimés. Ils ne correspondent pas aux réalités de la vie mobile du 21ème siècle. Le statut en matière de droit des étrangers au moment de la demande de naturalisation ne doit pas avoir d'importance. L'autorisation d'établissement (permis C) ne doit plus constituer une condition préalable pour pouvoir déposer une demande de naturalisation. Les critères pour la naturalisation doivent pouvoir être évalués le plus objectivement possible. La naturalisation ne doit pas permettre un contrôle d'opinion ou de caractère. Les faiseurs de Suisses doivent finalement être jetés aux oubliettes de l'histoire.

Dans une démocratie à part entière, toutes les personnes qui vivent, aiment et travaillent ici, et qui contribuent à la société de différentes manières, peuvent participer à la prise de décision. Les personnes soumises aux lois doivent pouvoir participer à leur élaboration. Ce principe libéral fondamental s'applique aussi et surtout à la Suisse, modèle de démocratie.


Obtenez votre feuille de signatures.

Pour que nous puissions vous informer des actions de collecte dans votre région.


Pouvons-nous vous tenir au courant via la newsletter ? Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Vos données personnelles sont transmises de manière sécurisée et cryptée. En utilisant ce site web, vous acceptez notre Politique de protection des données.

progress_bar
1 088 x sympathisant·es ont aussi téléchargé au moins un formulaire de signatures.
73%
Choisir le montant :
CHF
Votre don est sécurisé.
Etat : 14 355 francs | But : 15 000 francs
95%

Opération Libero fait partie de « Aktion Vierviertel », une large alliance de la société civile pour une citoyenneté moderne en Suisse. Ensemble, nous lançons l'initiative populaire « Pour une citoyenneté moderne (initiative pour la démocratie) ». L'initiative demande un droit à la naturalisation pour toute personne vivant en Suisse à long terme. Toute personne résidant en Suisse depuis cinq ans, n'ayant pas commis de délit grave, ne mettant pas en danger la sécurité intérieure et extérieure du pays et disposant de connaissances de base d'une langue nationale, doit avoir le droit de se faire naturaliser. Ces critères objectifs sont exhaustifs, ce qui devrait enfin mettre fin à la procédure de naturalisation arbitraire actuelle.

 

  • Arber Bullakaj
  • Nadro Mao
  • Andrin Eichin
  • Tarek Naguib
  • Rebecca Angelini-Zingg
  • Stefan Manser-Egli
  • Hilmi Gashi
  • Jorge Cancio
  • Lisa Mazzone
  • Paul Rechsteiner
  • Sanija Ameti
  • Melinda Nadj Abonji
  • Agnese Zucca
  • Emine Sariaslan
  • Simon Küffer
  • Rosemarie Weibel
  • Mario Amato
  • Marco Kistler
  • Venkatesh Shanta
  • Sylvie Makela
  • Mustafa Atici
  • Samir Jamal Aldin
  • Migmar Dhakyel
  • Sibel Arslan
  • Ruth-Gaby Vermot-Mangold
  • Elias Studer
rösti pfanne vierviertel dreiviertel demokratie initiative