#ff00cc

Europe

Un projet de paix et de liberté

Aucun projet n'est plus crucial pour l'avenir de la démocratie libérale et la sauvegarde des droits individuels que la construction européenne. Aucune question n'est plus cruciale pour l'avenir de la Suisse que notre relation avec ce projet. Pourtant, sur cette question, la Suisse se trouve depuis longtemps dans une impasse.

Pour la Suisse, aucune question n'est plus importante que notre relation avec la construction européenne. Or, cette relation se trouve dans une impasse depuis longtemps. C'est le plus grand problème structurel de la Suisse. Ce qui est de plus, l'objectif central de la démocratie libérale est de garantir et de promouvoir les droits individuels. Et aucun projet n'est plus plus crucial pour ce modèle de démocratie que le projet européen. S'il échoue, ou simplement s'il stagne, alors que les projets autoritaires prennent de l'ampleur et du pouvoir dans le monde entier, les acquis libéraux les plus fondamentaux sont en jeu. À l'inverse, aucun projet n'a autant à nous apprendre sur la manière de continuer à organiser une communauté de manière démocratique et décentralisée dans un monde globalisé où les cadres d'organisation communautaire des États-nations atteignent leurs limites.

Malgré cette importance primordiale de la politique européenne pour le monde, pour l'Europe et pour la Suisse, il n'y a pas de domaine politique en Suisse dans lequel le cadre de discussion a autant bougé au cours des 30 dernières années en raison de la domination du populisme et où tant d'idées reçues, de préjugés et de lieux communs ne sont pas remis en question. Alors qu'il devrait être complexe et profond, le débat sur la Suisse en Europe est stérile et superficiel. Ce qui nous intéresse, c'est ce que notre relation avec l'Europe doit permettre de réaliser, c'est-à-dire la capacité d'adapter le droit commun aux exigences de notre époque, la capacité de résoudre les conflits et la capacité de nous permettre d'avoir notre mot à dire dans les domaines qui nous concernent.

Nous poursuivons donc l'objectif d'une coopération constructive de la Suisse avec l'Europe et d'une contribution active à un discours sur la politique européenne (tant en Suisse qu'à l'étranger) qui met en avant l'Europe en tant que projet de paix et de liberté, qui se concentre sur l'État de droit, les droits de l'homme et la démocratie, et qui souligne en particulier la pertinence géopolitique de l'UE. Cela vaut notamment pour la politique environnementale (mot-clé : Green New Deal), la protection des données ou la réglementation des entreprises technologiques.

Nos relations avec l'UE, les institutions de l'État de droit dans l'UE, en Europe et en Suisse sont sans cesse attaquées, et avec elles nos libertés et notre bien-être. De même, le projet européen est remis en cause en tant que tel par les forces souverainistes et/ou populistes à travers l'Europe. Opération Libero veut et doit contrer ce phénomène.

  • Actuel Votre engagement (1/2)
  • Vos coordonnées (2/2)

Comment souhaitez-vous vous engager ?

facultatif
facultatif

Qui êtes-vous et quels talents voulez-vous apporter ?

facultatif
facultatif
facultatif

Renforcer la coopération avec l'UE.

Les accords bilatéraux doivent être maintenus comme base contractuelle minimale pour la coopération entre la Suisse et l'UE.

Prochaine étape : Nous avons besoin d'un cadre institutionnel qui apporte des réponses aux questions suivantes : Comment développer le corpus juridique nécessaire à la participation au marché unique européen  ? Comment résoudre les différends entre la Suisse et l'UE ? Et surtout, comment la Suisse peut-elle avoir un droit de regard suffisant sur les réglementations qui la concernent ? Un tel cadre institutionnel est une condition préalable à notre avenir européen et une chance pour la Suisse.

Oui ou non à l'adhésion à l'UE ? Ce n'est pas la question centrale. À moyen terme, notre relation avec l'UE doit assurer la sécurité juridique de la relation bilatérale, garantir la codétermination et ouvrir la voie à une intégration plus profonde et à un accès mutuel complet aux marchés. Il est possible qu'un traité bilatéral élargi puisse remplir ces critères. Toutefois, si cela n'est pas possible, l'adhésion à l'UE peut être dans l'intérêt de tout le monde en Suisse.

Nous avons besoin d'un débat de fond honnête, fondé sur des valeurs et des intérêts, sur le développement futur des relations entre la Suisse et l'UE. Parce que nous avons besoin de bonnes conditions-cadres pour la Suisse de demain.

Renforcer l'Europe en tant que projet de paix et de liberté, mettre en évidence sa pertinence géopolitique et nous impliquer dans le discours politique européen (en Suisse et à l'étranger).

Une politique migratoire humaine dans l'espace Schengen/Dublin et à la frontière extérieure de l'espace Schengen : la Suisse devrait s'efforcer de faire en sorte que les accords de Schengen et de Dublin soient adaptés de manière à ce que la politique migratoire de l'Europe soit en harmonie avec les valeurs fondamentales de l'Europe, en particulier qu'elle puisse protéger la dignité, l'autonomie et la promotion sociale des migrants involontaires.