Ehe für alle Operation Libero

Individualbesteuerung. JETZT.

Gleichstellung vorantreiben und Chancengleichheit schaffen

Ehe für alle Operation Libero

Gleichstellung vorantreiben und Chancengleichheit schaffen


Die Einführung der Ehe für alle war nur ein Etappensieg hin zur tatsächlichen Gleichstellung aller Lebensentwürfe. Das aktuelle Steuersystem basiert auf den Lebensformen des vergangenen Jahrhunderts. Die gemeinsame Besteuerung von verheirateten Paaren zementiert traditionelle Rollenbilder und Ungleichheiten.

Jetzt kommt endlich Bewegung ins Thema: Die Volksinitiative für die Individualbesteuerung hat die nötigen 100’000 Unterschriften erreicht. Hurra!

⚖️⚖️⚖️⚖️⚖️

Wir haben uns an der Unterschriftensammlung beteiligt und wollen dem Anliegen mit einer Kampagne zum Durchbruch verhelfen.

Choisir le montant :
CHF
Votre don est sécurisé.
Avec 15’000 francs, nous pouvons 
exposer notre affiche pendant 1 semaine

Etat : 1 120 Francs | But : 3 000 Francs
37%
Operation Libero Pink
Operation Libero Pink

Die kurze Antwort: für mehr Gleichstellung, Chancengleichheit und Gerechtigkeit.

Die etwas längere: Die Lebensentwürfe sind vielfältiger und individueller geworden, ohne dass sich das Schweizer Steuersystem dieser Realität angepasst hat. Es basiert noch immer auf der Annahme, dass in einer Ehe nur eine Person – traditionell der Mann – das Geld nach Hause bringt. Dies führt dazu, dass verheiratete Doppelverdiener-Paare heute höher besteuert werden als unverheiratete Paare. Das ist nicht nur unfair, sondern macht es für Verheiratete (oft Frauen) weniger attraktiv, am Arbeitsmarkt teilzunehmen.

Für uns ist sonnenklar: Ein zeitgerechtes Steuersystem muss Gleichberechtigung und Chancengleichheit fördern, anstatt ein Bremsklotz zu sein. Egal welchem Geschlecht man angehört, egal welchen Lebensentwurf man lebt und egal ob ledig oder verheiratet, jede Person soll vom Staat gleich behandelt werden. Die Individualbesteuerung schafft genau das.

"Die Individualbesteuerung stoppt die steuerliche Ungleichbehandlung zwischen den Lebensformen und Geschlechtern."

Lara Milena Lüthi
Lara Milena Lüthi, Co-Leitung Team Individualbesteuerung
Unterschriftensammlung Individualbesteuerung
Individualbesteuerung Sammelaktion Zürich

"Mehr Gleichstellung, mehr Chancengleichheit, mehr Gerechtigkeit: Es braucht die Individualbesteuerung jetzt."

Sven Brasser, Operation Libero
Sven Brasser, Co-Leitung Team Individualbesteuerung

L'autodétermination est un enjeu majeur dans une société démocratique, la quintessence de la liberté. C’est une condition préalable à une société dans laquelle chaque individu peut s'épanouir librement et est égal en dignité et en droits. L'autodétermination sexuelle est l’un des intérêts personnels les plus importants que la loi doit protéger dans un État de droit. Seul un droit pénal sexuel basé sur le consentement est en mesure de protéger suffisamment cette valeur libérale. Un droit pénal moderne en matière sexuelle doit refléter le fait que l'injustice fondamentale d'un viol réside dans la violation du droit à l'autodétermination de la victime - et ce, indépendamment du fait qu'un "non" ait été signalé ou non.

La proposition dite du "non, c'est non" ignore des connaissances scientifiques importantes telles que la “sidération”. Il s'agit d'un état de choc du corps qui se produit souvent chez les victimes de violences sexuelles. Par exemple, une étude clinique menée en 2017 a révélé que 70 % des 298 participantes ayant subi un viol avaient subi un état de sidération. Les personnes concernées sont alors dans l'impossibilité de communiquer un "non" verbal ou non verbal. Le fait que le corps ne permette pas une réaction de rejet n'est cependant pas un consentement, bien au contraire. Seule la solution du "seul un oui est un oui" permet de rendre justice à l’état de sidération.

Dans le débat sur la solution dite du consentement, certains mythes circulent. C'est pourquoi nous affirmons sans ambages que la présomption d'innocence continue de s'appliquer et que le fardeau de la preuve incombe à la victime, même avec la solution "seul un oui est oui". Les accusé·es sont présumé·es innocent·es tant que leur culpabilité n'a pas été prouvée. C'est l'état de fait qui est modifié, pas le fardeau de la preuve. Par rapport au principe du “non, c’est non”, le principe du consentement a simplement pour but de remplacer la preuve de la résistance par la preuve de l'absence de consentement au rapport sexuel. D'un point de vue juridique, il s'agit d'une petite différence. Pour les victimes de violences sexuelles comme pour notre société dans son ensemble, il y a en revanche un monde entre un "oui" et un "non". Opération Libero défend sans relâche l'État de droit, l'un des acquis libéraux fondamentaux.

Operation Libero Pink